Ukraine : une Gay Pride pacifique à Kiev

Par défaut

Alors que les policiers avaient annoncé à Kiev qu’ils refusaient d’assurer la sécurité des militants LGBT et que le parti d’extrême droite « Pravy Sektor » avait promis « un bain de sang », la gay pride ukrainienne s’est globalement déroulée dans le calme. La manifestation s’est déroulée sous haute surveillance avec près de 7000 policiers pour 500 manifestants. « Les forces de l’ordre étaient trop fois plus nombreuses que les manifestants » se moque Komsomolskaïa Pravda.

« Accomplir le rêve de Maidan »

« Les droits des homosexuels est un des points principaux de la politique de modernisation de l’Ukraine » écrit Lenta.ru. Bruxelles en a fait une de ses conditions pour la libéralisation du régime des visas » poursuit le journal en ligne. « Kiev est obligée d’accomplir les souhaits les plus durs des fonctionnaires européens afin d’accomplir le rêve de Maïdan »

Le gouvernement ukrainien a publié sur son site officiel son « Plan d’action pour la mise en œuvre de la stratégie nationale dans le domaine des droits de l’homme ». Il y est dit notamment qu’au deuxième trimestre de 2017, le mariage homosexuel sera légalisé. Le document évoque également la possibilité de l’adoption par les homosexuels.

//platform.twitter.com/widgets.js

En novembre 2015, le président Piotr Porochenko a approuvé plusieurs amendements qui interdisent notamment de porter atteinte aux droits des minorités sexuelles lors de l’embauche.

10 personnes auraient été arrêtées selon le journal russe Vesti.ru. Nadia Savtenchko, pilote ukrainienne emprisonnée en Russie puis libérée, appelle à participer à cette manifestation. Il s’agit de la troisième gay pride dans l’histoire ukrainienne.

L’année dernière, la gay pride s’était achevée dans la violence. Une trentaine de membres de groupes d’extrême droite avaient été interpellés et plusieurs blessés emmenés à l’hôpital, dont au moins deux membres des forces de l’ordre.

Publicités

Google translate traduit « Russie » par « Mordor »

Par défaut

On dirait bien que le géant américain Google a pris parti pour l’Ukraine dans ce conflit qui dure depuis plusieurs années maintenant. En traduisant de l’ukrainien au russe « Fédération de Russie » par « Mordor », le traducteur en ligne a surpris les internautes. Pour les non initiés, le Mordor est, dans le Seigneur des anneaux, une terre particulièrement inhospitalière habitée par le grand méchant Soron.

Lire la suite

Pourquoi l’Union eurasienne ne sera jamais l’Union européenne

Par défaut
Nargis Kassenova est la Directrice du Centre d'étude d'Asie centrale du
KIMEP (Institut de management, d'économie et de prévision du Kazakhstan)

Contrairement à ce que beaucoup ont envie de croire, l’Union euriasiatique se différencie de l’Union Européenne, par bien des aspects. Cette dernière a certes été une source d’inspiration et un modèle pour la création de l’Union économique eurasienne, mais malgré certaines similitudes extérieures, ces deux projets d’intégration détiennent cinq différences fondamentales.

Caucasus_Cntrl_Asia0

Tout d’abord, ils diffèrent par la nature de leur volonté politique. L’intégration, de manière générale, implique de déléguer une partie de sa souveraineté à une entité supra-nationale, ce qui provoque systématiquement des questionnements internes et complexes pour n’importe quel État. Dans le cas de l’UE, cette déléguation s’est effectuée vers des élites politiques et des businessman, et l’enjeu de l’Union était la sécurité, le développement du commerce et le maintien de la position des européens dans la politique globale.

En ce qui concerne l’Union eurasienne, les pouvoirs resteront concentrés entre les mains des chefs d’États de ses membres : la Russie, le Kazakhstan, et la Biélorussie. Chaque acteur détient une motivation très personnelle, et est intéressé seulement par sa propre politique de sécurité nationale.

En quelque sorte, dans l’espace eurasien, le concept de souveraineté est revenu à sa valeur d’origine de la puissance souveraine. D’un côté, cet état de fait a ses avantages : les décisions importantes peuvent être adoptées et mises en œuvre rapidement, car il n’y a pas de multitude d’acteurs et d’intérêts à prendre en compte. De l’autre, l’avenir du projet se perd dans les diverses lignes de la politique des dirigeants actuels. On le sait, là où le pouvoir n’est pas centralisé, les projets ont du mal à se concrétiser (comme en Ukraine ou au Kirighizistan)

L’exemple de l’Ukraine, justement, illustre bien la deuxième différence au niveau de la participation volontaire dans le projet et les formes de pression qui peuvent être livrées dans le processus de promotion de l’intégration. L’intégration européenne, elle, est volontaire. Elle a été accompagnée et suivie d’un jeu politique complexe, avec des outils de politiques contraignantes efficaces. C’est ainsi que la France et l’ Allemagne ont pu pousser le Royaume-Uni à la signature de l’Acte unique européen de 1986 , qui a conduit à la création du marché unique.

Dans le cas de l’Union Eurasienne, c’est l’inverse : on utilise plutôt la carotte (au lieu du bâton) pour « pousser » les États à rejoindre l’Union.

Lorsque l’Ukraine a manifesté sa volonté de rapprochement avec l’Union Européenne, cette dernière s’est empressée de lui mettre sous le nez des avertissements concernant les graves conséquences économiques de ses décisions, la hausse du prix du gaz, et autres types de chantage contre une aide financière.

Lorsque finalement, il a été décidé de ne pas signer cet accord, Ianoukovitch a dû faire face à une vague de colère populaire, et l’Ukraine a été punie par la perte de la Crimée.

La conclusion qu’ont tiré les participants et les candidats au projet, n’est autre que « vous ne voulez pas vous intégrer, alors vous pouvez tout à fait vous passer d’un morceau de votre territoire ». En ce sens, il est impossible d’imaginer que Berlin ou Paris, facilite l’indépendance de l’Écosse par rapport au Royaume-Uni dans le cas d’une sortie récente de l’UE. Au contraire, la force de l’UE consiste à réduire le nombre de candidats à l’adhésion, en élaborant des formes alternatives pour le développement de la coopération et de la coordination.

La troisième différence réside dans le degré d’équilibre – à la fois économique et politique – des composantes du projet d’intégration. Le projet européen a commencé avec l’union de trois grandes économies (Allemagne, France et Italie), deux petites (Pays-Bas et Belgique) et une micro (Luxembourg). La plus grande économie, l’Allemagne de l’Ouest, pesait pour environ 40% du PIB total. Cet alignement de forces a permis de réduire la peur de la domination d’un pays et d’une économie sur les autres membres de l’association.

Dans l’Union Eurasienne, il y a une évidente domination de l’économie russe qui représentant 88% du PIB total de l’union en 2010, lors de la naissance de celle-ci.

Avec un tel déséquilibre, il est presque impossible de parvenir à un véritable système de contrôle. D’autant plus que Moscou, magnanime, s’est réservé le droit de décider du système de vote et de quotas. Ainsi, bien qu’au Conseil de la Commission économique eurasienne, qui est un organe exécutif supranational, les pays membres aient le même nombre de membres et de votes, les départements qui le servent sont en grande partie recrutés parmi les citoyens de Russie, dont le quota est de 84 %, tandis qu’il est de 10% pour le Kazakhstan et de 6% pour la Biélorussie. L’adhésion du Kirghizistan et de l’Arménie n’a pas changé la situation de manière significative. Cette asymétrie est aggravée par la dépendance politique des petits États vis-à-vis de la Russie. Le Kazakhstan et la Biélorussie (et bientôt, l’Arménie et le Kirghizistan) ne peuvent pas toujours dire «non».

Dans le même temps, l’économie russe, même si elle est dominante, ne peut pas être classée parmi les plus stables. Sa vulnérabilité liée à la volatilité des prix du pétrole, du gaz, et des métaux rend le Kazakhstan est encore plus vulnérable, et l’adoption de règlements et normes communes avec la Russie via l’UEE n’est probablement pas la meilleure voie pour les trente économies les plus compétitives. Désormais, quand la Russie se brouille avec l’Occident, les perspectives de nouvelles associations risquent d’être limitées.

Le rôle spécial de la Russie nous amène à la quatrième différence, que l’on appellera la « personnalisation du dirigeant » – au sens de pays dirigeant – ou la « locomotive de l’intégration ». L’intégration européenne a été très positive pour la reconstruction de l’Allemagne en général – après la seconde guerre mondiale, ndt. Cette incorporation de l’Allemagne à travers une Europe unie aura permis la fin des peurs traditionnelles des pays voisins. Dans notre situation – celle de l’union Eurasiatique, ndt, l’intégration est la démonstration du pouvoir montant et de l’autonomie – vis-à-vis de l’extérieur, notamment de l’UE – de la Russie. Même si l’Allemagne a un rôle premier dans l’UE, elle promeut l’Union Européenne tandis que l’intégration dans l’Union Eurasiatique n’a pour objectif principal que la promotion de Moscou et de la Russie.

L’Allemagne d’après-guerre est devenue un pays libéral et démocratique, présentant ses excuses à ses voisins et au monde. La Russie post-soviétique intervient militairement dans les affaires de ses voisins proches, ne les considérant pas comme pleinement souverain et se préoccupant peu de leurs intérêts.

Cette politique étrangère russe de domination à court terme (pouvant être assimilée au realpolitik) constitue le cinquième élément de différente avec l’UE. Le projet européen est fondé sur une base juridique solide et le respect des droits de l’homme. Ces valeurs déterminent l’identité et de consolider la communauté européenne.

Le projet eurasien n’est pas fondé sur de telles valeurs. Les accords signés ne sont pas respectés : c’est typique de l’espace post-soviétique. L’ajustement des lois en fonction des besoins, au moment voulu, fait obstacle à une intégration qui serait basée sur un cadre juridique strict. La violation du mémorandum de Budapest (1994), dans lequel la Russie donne des garanties de sécurité territoriale à l’Ukraine, a démontré à quel point les accords, au sein de l’espace post-soviétique, peuvent être totalement ignorés, (tout comme revendiqués !) – si besoin.

Ainsi, l’intégration eurasienne a très peu en commun avec le modèle européen. Ces deux projets ont des motivations différentes, une structure et un degré de stabilité différent.

Traduction : Célia Mascré

Oligarque déshonoré, corrompu, Porochenko « incarne la faiblesse » selon les diplomates américains

Par défaut

Le président Barack Obama est l’un des premiers à avoir félicité Porochenko pour sa victoire à la présidentielle de dimanche dernier en Ukraine. Il s’est d’ailleurs empressé d’organiser une rencontre au cours de sa prochaine tournée européenne, à priori à Varsovie le 3 juin. Par ses diverses fonctions ministérielles, Porochenko est loin d’être inconnu des diplomates américains. Mais ceci est inattendu : le journal russe Kommersant a publié ce matin à l’aube des révélations fournies par Wikileaks, concernant des centaines de documents touchant le nouveau Président ukrainien. Ces comptes-rendus et autres télégrammes s’étalent sur la période 2006-2010 et ne sont pas vraiment flatteurs pour le Roi du chocolat.

r350863_5041432

Commençons en 2006, lorsque Porochenko était à la fois député du bloc « Notre Ukraine » (président du comité des finances et de l’activité bancaire), et Président du conseil de la banque nationale d’Ukraine. Le 26 mai 2006, Sheila Gwaltney, chef adjointe de la mission diplomatique américaine à Kiev, signale au Département d’État que l’image de Porochenko est « discréditée par des allégations crédibles de corruption. »

Dans un document daté du 16 février 2006, l’ambassadeur américain à Kiev, John Herbst, parle de Porochenko comme d’un « oligarque déshonoré ». Le 21 juin 2006, le nouveau chef de la mission diplomatique américaine, William Taylor, le décrit comme un « politique extrêmement impopulaire, jouissant d’un large soutien des chefs de partis grâce à son ancienne entreprise et ses activités organisationnelles. »

Un mois plus tard, William Taylor écrit que « Notre Ukraine » aurait pu emmener de jeunes cadres au sommet, mais a préféré « suivre le conseils de l’oligarque auto-discrédité Petro Porochenko, qui est devenu la personnification de toutes les faiblesses de ce parti ».

Une des séries de dépêches du département d’État porte sur la querelle ayant eu lieu entre Porochenko et Ioulia TImochenko. À propos de cette dernière, l’on peut y lire : « On ne peut pas lui faire confiance. Elle est hypocrite et n’a aucun principe ». Un peu plus loin, il est écrit que « Porochenko est prêt à prendre des mesures extrêmes dans son opposition à Ioulia Timochenko. Il ne s’arrêtera devant rien pour se venger d’elle suite à ses accusations publiques de corruption »

Dès 2009, lorsque Porochenko est devenu ministre des affaires étrangères, les diplomates américains parlent de lui de manière beaucoup plus positive. Dans un télégramme daté du 9 octobre 2009, le chargé d’Affaires en Ukraine, James Pettit, le qualifie de « Riche homme d’affaires avec de larges relations politiques, appelant à une intégration avec l’Union européenne et des relations plus pragmatiques avec la Russie. »

Le 26 janvier 2010, John Tefft, ambassadeur américain à Kiev, écrit que Porochenko a conclu un accord important avec le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Selon cet accord, Moscou n’enverrait pas son nouvel ambassadeur Mikhaïl Zurabov, en Ukraine, jusqu’à ce que le mandat du président Viktor Iouchtchenko* soit achevé. Selon John Tefft, c’est Porochenko lui-même qui a imaginé ce plan selon lequel Zurabov ne prendrait officiellement ses fonctions qu’au début du mandat de Ianoukovitch, en 2010. Toujours selon ce scénario, Zurabov devait arriver à Kiev avec des lettres de créance au nom de Viktor Iouchtchenko, en transmettre une copie au ministère ukrainien des Affaires étrangères et même les montrer aux journalistes. Et c’est effectivement ce qui s’est passé.

Dans divers télégrammes, d’autres diplomates américains affirment que Petro Porochenko, en tant que ministre des affaires étrangères, a veillé à ne pas trop se rapprocher de Moscou. Ainsi, dans une dépêche de décembre 2009, il est rapporté que lors d’une commission OTAN-Ukraine, Porochenko aurait appelé ses collègues occidentaux à « résister à toute tentative de la Russie d’instaurer une sorte de sphère d’influence ou d’utiliser un quelconque droit de veto sur la volonté de l’Ukraine à adhérer à l’alliance nord-Atlantique ».

Enfin, dans un télégramme daté du 17 février 2010, John Tefft relate une rencontre avec Porochenko, qui s’est venté d’avoir conseillé à Viktor Ianoukovitch de faire sa première visite à Moscou et non à Bruxelles. Dans ce contexte, Porochenko a exhorté les américains à ne pas trop prendre au sérieux les déclarations de Ianoukovitch, notamment lorsqu’il approuve la proposition de D. Medvedev (alors Président russe) de créer une « nouvelle architecture de sécurité en Europe ». Dans le même temps, toujours selon John Tefft, Porochenko aurait insisté, malgré la position du nouveau Président ukrainien, pour que « L’Ukraine continue de chercher adhésion à l’OTAN, mais sur le long terme. »

À la question « Que pense M. Porochenko de toutes ces caractéristiques que le Département d’État américain lui attribue ? » son attachée de presse Irina Frize, a répondu qu’il ne les avait pas lues.

 

* À l’époque, Dmitri Medvedev avait accusé son homologue Iouchtchenko de mener une « politique anti-russe »

Source : Kommersant


Célia Mascré