OPEP : vers la fin de la compétitivté du pétrole russe ?

Par défaut

Une réunion spéciale des pays de l’OPEP aura lieu vendredi 23 à l’initiative du Venezuela. Certains pays non-OPEP, dont la Russie, seront invités. Le Venezuela veut fixer un prix minimum de 70 dollars par baril de pétrole car les pays de l’OPEP dépassent leurs quotas de production pétrolière (30 millions de barils par jour). Un article du journal russe Nezavissimaïa Gazeta remet en question la compétitivité du gaz russe.

L’Arabie Saoudite a choisi la stratégie de l’élargissement des marchés grâce à des remises des prix simultanées et une diversification des exportations dues à une accumulation de raffinage de pétrole brut. En octobre, la compagnie pétrolière nationale Saudi Aramco a de nouveau abaissé le prix de la livraison pour l’Asie et les Etats-Unis. Simultanément, les saoudiens ont commencé à évincer la Russie sur le marché européen, ce qui inquiètent fortement nos pétroliers et nos fonctionnaires.

Riyad sur le marché polonais : une déclaration de guerre

L’Arabie Saoudite arrive sur le marché polonais, position traditionnellement forte de la Russie. C’est une menace grave pour le pays, et une exacerbation de la concurrence selon le ministre russe de l’énergie Alexandre Novak. « Face à une concurrence féroce sur le marché mondial, nous devons tous être prêts » a-t-il déclaré en référence aux livraisons de pétrole saoudien à la Pologne.

Un plan sans grande chance de réussite

Les chances de réussite du plan de Maduro sont très faibles. C’est ce que disent experts, pétroliers et fonctionnaires. Les grands producteurs de pétrole misent avant tout sur la production et l’exportation, ce qui continuera inévitablement à baisser les prix du pétrole. Les américains, par exemple, parient sur les technologies du schiste, stratégie qui a mené les Etats-Unis au rang de leader mondial dans la production d’hydrocarbures. Il est donc peu probable qu’ils acceptent une restriction artificielle.

De plus, la production américaine de schiste a contribué à stabiliser le marché mondial. Avec des prix bas, les investissements dans la production de schiste baissent, mais avec le plan proposé par Maduro, l’augmentation de la production ramènera au prix actuels.

A priori, rien de très inquiétant à court terme pour la Russie. Le plan énergétique actuel court jusqu’à 2030. Et pour l’instant, pas de changement fracassant prévu sur le marché mondial du pétrole.

Mais tous ces facteurs peuvent être déterminants pour l’avenir de l’industrie pétrolière et du gaz ainsi que pour l’économie du pays en général.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s