Affaire Magnitski : des actifs russes gelés en France

Par défaut

Les autorités françaises ont gelé, hier, plusieurs millions d’actifs russes basés sur la Côte d’Azur. Une femme russe aurait été arrêtée. Pour la presse russe, le moment n’a pas été choisi au hasard.

Après l’affaire Ioukos, c’est l’affaire Magnitski qui refait surface. Ce n’est pas sur la mort du tristement célèbre avocat qui fait l’objet d’enquêtes, mais le volet financier de l’affaire. Selon des informations délivrées par l’agence britannique Reuters, des actifs russes de plusieurs millions d’euros ont été gelés par la France. Ces mesures interviennent dans le cadre d’une enquête menée par le magistrat Renaud Van Ruymbeke. Une femme franco-russe a été arrêtée et interrogée sur la Côte d’Azur.

« La France démontre que n’a pas l’intention de faire des compromis avec la partie russe. » peut-on lire sur le site de l’agence Ria Novosti. « Avec Ioukos, ces gels d’actifs n’arrivent pas en ce moment par hasard »

« L’Europe n’a pas oublié l’affaire Magnitstki, et elle nous le rappelle de temps en temps, quand il faut monter son désaccord avec la réalité russe »

Le journal d’opposition Novaya Gazeta, lui, salue la persévérance des enquêteurs et rappelle quelques éléments de l’affaire : « Le gel d’actifs russes en France a été possible grâce, en grande partie, à la qualité des enquêtes menées par les procureurs. L’argent, parti de petites banques moldaves pour poursuivre sa route vers les Iles Vierges britanniques et Belize, en passant par Chypre, la Lettonie, l’Estonie, le Luxembourg, l’Autriche, la Suisse. Et la France. »

Pour rappel, l’affaire Magnitski concerne le détournement de 5,4 milliards de roubles du budget russe en 2007, sous la vue du remboursement de la taxe sur les bénéfices. Sergey Magnitski, qui était juriste pour le fond d’investissement britannique Hermitage Capital, a été le premier à révéler ces informations et à délivrer les noms des personnes concernées. En 2008, il a été arrêté en Russie pour fraude fiscale. En 2009, il meurt en prison dans des conditions très suspectes, par manque flagrant d’assistance médicale. En 2012, Barack Obama publie une liste, la « liste Magnitski », de hauts-responsables qu’il considère comme impliqués dans sa mort, et qu’il interdit de territoire aux États-Unis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s