Revue de presse : branle-bas de combat chez les oligarques russes et ukrainiens

Par défaut

L’oligarque Igor Kolomoisky voit ses biens nationalisés en Crimée

Коломойский

Igor Kolomoïsky – Crédits : Kiev Times

Le président par intérim de la Crimée Sergueï Aksenov avait suggéré lundi 26 août la nationalisation des richesses de l’oligarque ukrainien Igor Kolomoïsky, récemment nommé gouverneur de la région de Dnipropetrovsk, en Ukraine. Aujourd’hui, c’est chose faite. Aksenov souhaite également forcer Kolomoïsky à céder ses actifs de la banque « Privat Bank » aux autres actionnaires afin d’indemniser les habitants de la péninsule.

Kolomoïsky est poursuivi pénalement pour « promotion d’activités terroristes », en tant qu’il a participé au financement de l’opération militaire de Kiev dans le Donbass. De plus, selon les perquisitions récemment effectuées par le bureau du procureur dans la résidence de l’oligarque en Crimée, l’ensemble des objets ont été obtenu grâce à des « stratagèmes douteux et processus illégaux ». En juillet dernier, un tribunal moscovite avait requis l’arrestation par contumace de l’homme d’affaire, touché par quatre chefs d’accusation : meurtres, utilisation illégale de « moyens et méthodes de guerre », entrave à l’exercice normal de l’activité de plusieurs journalistes, enlèvements.

Source : Interfax

Le rachat du club de Football Bari par les frères Rotenberg suspendu en raison des sanctions européennes

Les frères Boris et Arkadi Rotenberg n’ont pas pu s’offrir le club italien Bari, alors que le rachat avait été conclu et la transaction sur le point d’être effectuée. Le propriétaire actuel de l’équipe, Gianluca Paparesta, dit avoir longuement négocié ce rachat, avec sur la table des négociations notamment, des milliardaires indiens. Seulement les fonds des deux milliardaires, l’un propriétaire du club de football Dynamo, l’autre du club de Hockey éponyme, ont récemment été gelés par les autorités européennes suites à la vague de sanctions touchant les hauts-fonctionnaires et oligarques russes.

Le club avait été racheté par Paparesta lui-même, ancien arbitre, en mai 2014 pour la somme de 4,8 millions d’euros. L’AS Bari avait atteint la Série A suite à son titre de champion de Série B obtenue lors de la saison 2008-2009. Mais suite à une mauvaise saison 2010-2011 et une dernière place en Série A, l’équipe est reléguée en Série B.

Source : Forbes

Perquisition chez un ancien haut fonctionnaire russe, Denis Sugrobov

21ed01bdfeecb721722718efc81e9c37

Denis Sugrobov – Crédits : Reflexion-shades.blogspot

Denis Kolesnikov, ancien directeur adjoint du  Direction Générale de la Sécurité économique et lutte contre la corruption (GUEBiPK), a été arrêté sur ordre du Tribunal de Basmanny suite à une enquête du bureau anti-corruption lui-même. Tout comme le directeur de la structure arrêté en mai dernier, Denis Sugrobov, Denis Kolesnikov est accusé d’abus de pouvoir et de tentative de corruption envers des agents du FSB. Les biens de Sugrobov sont d’ailleurs actuellement perquisitionnés, dont onze biens immeubles (appartements, parkings, etc.)

Selon les enquêteurs, l’ancien chef du GUEBiPK, avec son adjoint Kolesnikov et d’autres anciens employés du ministère de l’Intérieur, ont tenté de soudoyer un agent du FSB avec 10 000 dollars par mois en se faisant passer pour des hommes d’affaires. En outre, ils sont accusés d’un certain nombre d’autres faits relevant de l’abus de pouvoir.

Denis Sougrobov, avait été remplacé à son poste au gouvernement par Dmitri Mironov en mai dernier, suite à une première arrestation pour abus de pouvoir.

Source : Kommersant

Khodorkovsky dit « ne plus vouloir se taire »

L’ancien PDG de Ioukos et dissident russe Mikhaïl Khodorkovsky a annoncé la semaine dernière dans son centre de presse qu’il « ne voulait ni ne pouvait se taire davantage ». Quoi que cela puisse signifier,  le désir de Khodorkovski de se joindre à la lutte de l’opposition russe est surprenante, sachant qu’après avoir été gracié par Vladimir Poutine, fin 2013, il avait promis de ne plus faire de politique. Il est prévu, dès septembre, qu’il reprenne les rennes de sa fondation « Russie ouverte », qui a pour but de promouvoir le développement de la société civile dans le pays. Cependant, l’oligarque, qui vit actuellement en Suisse, se verrait acquitter d’une amende de 17 millions de roubles en cas de franchissement sur le territoire russe. Selon le politologue Alexeï Makarkine, le retour de Khodorkovsky en politique a peu de chances d’aboutir, compte tenu notamment de ses positions peu partagées sur la situation ukrainienne. Selon l’expert, Khodorkovsky a bénéficié de ce qu’on peut appeler le syndrome du « dissident soviétique » : à un moment donné, dans un contexte donné, il a été élevé en héro populaire. Ça ne sera pas forcément le cas deux fois de suite.

Source : Alfanews.ua

Publicités