McDonald’s et les autorités sanitaires russes : une longue histoire d’amour

Par défaut

L’Agence russe de protection des consommateurs (Rospotrebnadzor) a suspendu mercredi 19 août les activités de quatre restaurants McDonald’s à Moscou pour « violations des normes sanitaires ».

Même si le contexte international est particulièrement propice à engendrer ce type de mesures, la guerre entre la chaîne de Fast Food américaine et Rospotrebnadzor a commencé il y a quelques années déjà. 

Ouverture du premier Mc Donald's en Russie, image colorisée.

Ouverture du premier Mc Donald’s à Moscou.

Le tout premier restaurant de la chaîne américaine a ouvert ses portes sur la Place Pouchkine, à Moscou, le 31 janvier 1990, quelques mois avant la chute de l’URSS. Ce restaurant fait d’ailleurs partie des quatre établissements touchés par les récentes mesures prises par l’autorité sanitaire russe. Celles-ci ont non seulement permis à l’agence fédérale de suspendre l’activité des restaurants, mais aussi d’entamer une série d’inspections inopinées au sein des autres structures de la chaîne. Retour sur une longue histoire d’amour, qui ne date pas d’hier…

Il y a des années que l’ancien directeur de l’autorité fédérale russe, Guennadi Onichenko, rêvait de faire fermer les restaurants McDonald’s en Russie. Lors de son mandat, qui a duré jusqu’en 2013, il s’était prononcé à plusieurs reprises contre la restauration rapide, utilisant les arguments habituels concernant les Fast-food : trop de graisse, des aliments particulièrement caloriques et dangereux pour la santé.

En 2008, Onichenko appelait à ce que les Fast-food McDonald’s soient mis sur un même pied d’égalité que l’alcool et les cigarettes concernant les mesures restrictions publicitaires de l’époque. Selon lui, les dégâts causés par ces deux produits sont identiques à ceux du Fast-food. Puis considérant les publicités McDonald’s comme mensongères – puisqu’elles vantent les mérites de ses repas « sains » et « équilibrés » – Onichenko s’attaque au géant américain et obtient que les tableaux de valeur énergétiques des aliments soient distribués aux consommateurs russes.

Au cours de l’année 2010, les équipes sanitaires ont trouvé du cadmium dans les colorants utilisés pour les verres en carton. Cette fois encore, Onichenko a entamé un discours accusateur : « Le cadmium n’est pas du polonium, il ne peut pas nous empoisonner à si petite dose. Mais qui sait ce qu’il y a l’intérieur des verres ? Que mettent-ils dans les hamburgers? Rien ne nous garantit que ce que nous buvons et mangeons ici, soit réellement comestible. »

En 2011, des rumeurs internet concernant la fermeture de l’ensemble de la chaîne de restauration se sont répandues, suite à des contrôles sanitaires répétés. « Otchnikov l’a ordonné », disait-on. Aucune irrégularités n’ayant été en réalité mises en avant, rien ne s’est passé. En 2013, Guennadi Otchnokov a quitté son poste, mais sa cause lui a « survécu ».

En 2013 encore, le service sanitaire fédéral a découvert dans les locaux du Fast-food à Krasnodar, des aliments mal entreposés au regard des règles d’hygiène.

Il y a un mois, la direction générale de ces mêmes services a demandé à la justice russe de faire interdire certains produits comme le Filet-o-fish, les Sunday ou le Royal-Cheesburger. Il a dès lors été déclaré que les produits McDonald’s, trop gras, trop caloriques, trop sucrés, et trop salés, ne correspondaient pas aux normes établies dans le pays. Une belle romance qui ne fait certainement que commencer !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s