Revue de presse : éducation en Russie

Par défaut
RUSSIA-PARATROOPERS-ANNUAL-HOLIDAY

Andrei Smirnov/Agence France-Presse/Getty Images

La Russie  formera des « prêtres militaires » dès la rentrée 2014

Au moment où la Russie fête le cinquième anniversaire de l’institut du clergé militaire dans l’armée russe, la direction générale des forces armées russes annonce qu’à partir de l’automne prochain, des prêtres russes recevront une formation auprès du ministère de la défense. Ceux-ci seront évalués quant à leur capacité à travailler auprès de militaires. Dans sa conférence de presse, Alexander Surovtsev* explique que si la formation s’est jusqu’à présent résumé à des connaissances théoriques, cette fois l’accent sera mis sur le développement des compétences pratiques en immersion partielle dans l’armée. La participation représentants d’autres religions traditionnelles en Russie sera également requise afin d' »améliorer le travail d’équipe »

La règlementation à ce propos datant de 2010, le statut juridique des « militaires religieux » subit actuellement des transformations.

Source : Newsru

MSU ouvre sa première Université sino-russe

L’université d’Etat de Moscou ouvrira en 2016 une véritable université sino-russe avec L’institut de Polytechnique de Pékin.  La chine prendra en compte l’ensemble des coûts de construction, l’équipement, les bâtiments, le coût de gestion de l’université, qui sera construite à l’identique du bâtiment stalinien qu’est celui de MSU, et se trouvera à Shenzhen, une ville sous-provinciale de la province du Guangdong. Les étudiants recevront une formation trilingue : anglais, russe, et chinois, et sortiront diplômés à la fois de l’Université de Moscou et de l’université sino-russe.

L’intérêt pour Moscou est multiple : ce partenariat lui permet de promouvoir la langue russe à l’étranger, mais aussi de renforcer son partenariat stratégique avec son allié de taille qu’est son voisin chinois. Enfin, il pourra permettre à terme le renforcement de la position de l’Université d’État de Moscou dans les classements internationaux

 Source : MSU

 

Enseignement primaire : écologie, patriotisme et préceptes anti-corruption au programme

Le ministère russe de l’éducation et des sciences a mis à jour la liste des matières considérées comme essentielles pour accéder à l’enseignement secondaire. Ainsi, les élèves devront acquérir une conscience écologique, un comportement anti-corruption et respectueux des traditions russes, au même titre que l’apprentissage des mathématiques, les langues ou la littérature. Le porte-parole du ministère a commenté cette mesure : « Le diplôme de fin d’étude primaire doit attester non seulement les connaissances générales mais aussi la formation d’un individu complet et à part entière« .

La corruption, endémique en Russie, fait du pays le 127ème au dernier classement de Transparency International, une place qu’il partage avec des pays comme le Nicaragua, la Gambie et les Comores.

En élargissant la liste des enseignements de base évalués dans le cycle primaire, le gouvernement russe fait le pari de faire évoluer les mentalités quant à la corruption et l’écologie. A suivre…

Source : Izvestia

Summer School humanitaire en partenariat avec l’ONU au centre Sakharov

Soixante-quinze étudiants de master, doctorat et post-diplômés ont été sélectionnés dans toute la Fédération de Russie pour participer à la deuxième édition de l’École d’été d’une semaine sur les droits de l’homme organisée par le Consortium des universités russes. Le programme Summer School est une formation interdisciplinaire intensive visant à élargir les connaissances pratiques des participants concernant les normes et mécanismes internationaux des droits humains universels et régionaux. Cela passe notamment par une présentation détaillée des outils juridiques internationaux et européens, comme la Cour européenne des droits de l’homme, et l’application des normes internationales des droits de l’homme appliquée à la Russie avec notamment un concours de procès fictif.

Source : UNHR

Grâce à Medvedev, les Russes pourront étudier à Oxford et à Cambridge gratuitement

Dans son programme « Education globale », le Premier ministre russe Dmitri Medvedev offre l’opportunité pour les meilleurs élèves des universités du pays, d’aller étudier gratuitement à l’étranger. En échange, ils s’engagent à travailler trois ans dans une société russe, une fois leur diplôme en poche.

Le programme sera mis en place sur les années 2014-2016, période durant laquelle l’État pourra parrainer 1500 étudiants, avec un investissement total de 4,4 milliards de roubles.

Source : Novaya Gazeta

 

 

* Direction principale de travail avec le personnel des Forces armées de la Fédération
de Russie 

Logiques médiatiques et conflits oubliés

Par défaut
Arthur Kholiavyn est un expert letton dans le domaine des relations
internationales. Il explique que de nombreux conflits sanglants ont 
lieu partout dans le monde, mais restent oubliés par les journalistes.

L’on peut actuellement compter quarante-trois conflits armés dans le monde. Pourtant, la plupart d’entre eux ont été véritablement invisibles aux yeux des médias.

1404726767_d181d0bcd0b8Généralement, la guerre fait partie des thèmes les plus importants pour les médias. D’une part, car elle participe à la formation de l’opinion publique (sentiment patriotique, dons à des fondations, etc.).  De l’autre, le traitement médiatique de la guerre, aussi cynique que cela puisse paraître, constitue une partie de l’industrie du divertissement. Mais ce n’est pas nouveau : les éléments tels que la violence, la destruction, la redistribution du pouvoir, font partie intégrante de la société et de la nature humaine. Vous vous amusez à tirer sur tout ce qui bouge dans votre jeu vidéo préféré, et puis un jour, ça arrive vraiment. Mais avec un peu de chance, ce n’est pas chez vous que ça se passe, et vous serez bien protégé par votre « armure idéologique » qu’est votre écran de télévision.

Lorsqu’un conflit armé survient, le phénomène suivant survient systématiquement : les citoyens du monde entier s’insurgent devant leur ordinateur, faisant part de leurs émotions et faisant mine de connaître par cœur les enjeux du pays concerné alors que souvent, ils en connaissaient à peine l’existence la veille.

En réalité, ils se basent la plupart du temps uniquement sur les éléments ce que les médias leurs servent. Or, aujourd’hui, la méthode de sélection des informations par les médias n’a plus de secret pour personne. Il s’agit d’un mécanisme auto-reproducteur qui pousse les journalistes à nous parler pendant des heures des attentats au Pakistan mais en omettant totalement de nous informer sur les attentats aux Kiribati. Conclusion : aussi populaire et global soit le thème de la guerre, il peut ne pas atteindre le public.

Essayez donc de vous remémorer les conflits armés de cette année. Il y en a eu quarante-trois, dont neuf ayant fait plus de 1000 victimes; ce qui est, selon ​​la méthodologie de la base de données d’Uppsala Conflict, considéré comme une guerre.

Commençons par les guerres. Tout le monde sait que quelque chose se passe en l’Afghanistan, en Irak, en Somalie et en SyrieCertes, ce sont  les épisodes les plus sanglants de la guerre avec les islamistes dans les zones frontalières du Pakistan avec l’Afghanistan, et les attaques contre les chrétiens au Nigeria organisées par les islamistes qui  attirent le plus l’attention. Mais si l’on raisonne en terme de victimes, la deuxième guerre en 2013 fut celle des cartels de la drogue et du gouvernement mexicain  avec près de 12 000 personnes concernées, un nombre total de victimes et plus d’un demi-million forcés de quitter leur maison. Pourtant, en avez-vous entendu parler ? 

Dans la ville de La Barca, soixante-sept personnes ont été tuées en novembre dernier. L’année de l’investiture du président mexicain Enrico Peña Nieto, plus d’un demi-million de personnes ont été officiellement enlevées. Le nombre de soldats morts se compte par centaines, les policiers par milliers et les membres de cartels par dizaine de milliers. Le nombre d’enfants tués a dépassé le millier. La zone concernée par la guerre s’étend au moins sur sept États, ce qui équivaut à la taille de la France.

La guerre du sud-Soudan est un autre exemple de guerre « méconnue ». Si la couverture médiatique des conflits transfrontaliers sur les champs de pétrole dans la partie nord de l’État précédemment unifié a largement baissé, il semblerait que le conflit ethnique interne naissant ne soit pas digne d’intérêt du tout. Pendant ce temps, a débuté un conflit entre les Nuer et les Dinka, après que le leader de l’opposition ne soit pas venu au Conseil de libération nationale, où dix mille personnes étaient présentes. L’Ouganda est intervenu dans le conflit, et les citoyens des pays occidentaux ont quitté le pays sous le couvert des forces spéciales américaines. Cela rappelle un fameux conflit qui en 1994, a abouti à un des génocide les plus sanglant de l’histoire humaine. Dans ce pays potentiellement riche (avec ses réserves pétrolières), le spectre de la faim et de la crise humanitaire a commencé, avec notamment une épidémie de choléra.

En ce qui concerne le conflit centrafricain entre les groupes du gouvernement et les rebelles de la Séléka, il a lui bénéficié de l’attention des organisations internationales, mais pas les médias. L’Union européenne a renforcé ses troupes de maintien de la paix auquel la France a activement contribué. En réalité, le deuxième et le seul pays membre ayant réellement participé s’est avéré être … l’Estonie.

L’envoi de troupes de la part des gouvernements espagnols, finlandais, lettons, luxembourgeois, néerlandais et polonais n’est que récent. L’Union africaine a engagé sa mission, ainsi que des pays qui ne font pas partie d’aucune union quelle qu’elle soit. Ainsi, la Géorgie a envoyé son contingent limité, puis la la Russie, la Croatie et l’Albanie qui ont signé un accord de participation après la première phase de la guerre civile. Si les pays des Balkans peuvent saisir cette occasion pour réaffirmer leur intégration euro-atlantique, la Russie, elle, peut utiliser cet accord dans les négociations d’autres problèmes graves dans les relations avec l’UE.

Le degré d’intérêt porté à un conflit par les médias et la société dépend du nombre de victimes, de l’intensité et de la durée des affrontements, mais aussi et surtout du pays auquel appartiennent les médias en question.

Si ni la géopolitique, ni la politique, ni l’idéologie ni des valeurs spécifiques de la société n’est menacé, alors un citoyen lambda risque de ne pas être au courant d’un grave conflit à l’autre bout du monde. Cependant, notre époque nous a doté de l’outil merveilleux qu’est Internet, et il permet à quiconque le possédant de connaître le monde dans son ensemble et de s’informer par soi-même.

Source : Ridus

Traduction : Célia Mascré

Revue de presse : actualité sportive de la Russie

Par défaut
0_4fe31_f69648ae_XL1

Maquette du futur stade de Kaliningrad supposé accueillir la Coupe du Monde en 2018

Volgograd et Kaliningrad pourraient perdre le droit d’accueillir la Coupe du monde 2018

Le président de la FIFA Sepp Blatter s’est exprimé concernant la possibilité de réduire le nombre de villes et de stades qui accueilleront la coupe du monde 2018, en Russie. Cela excluerait potentionellement les villes de Volgograd (ancienne Stalingrad, située sur la rive ouest du fleuve Volga) et de Kaliningrad (isolée du territoire russe au bord de la mer Baltique, entre la Pologne et la Lituanie).

Le ministre russe des sports Vitaly Mutko et le chef du comité d’organisation «Russie 2018» Alexey Sorokin, ont déclaré qu’il était trop tôt pour confirmer cette information.

Pour l’instant, la liste des villes qui accueilleront la prochaine Coupe du Monde est la suivante : Moscou (« Luzhniki » et « Spartacus »), Saint-Pétersbourg, Kazan, Sotchi, Kaliningrad, Volgograd, Samara, Nijni-Novgorod, Rostov-sur-le-Don, Ekaterinbourg et Saransk.

Source : Onedivision.ru

Vladimir Poutine prend le relai de la Coupe du Monde

La présidente brésilienne Dilma Rousseff a remis symboliquement dimanche 13 juillet l’organisation de la Coupe du monde à son homologue russe Vladimir Poutine, dont le pays sera l’hôte du tournoi en 2018. A cette occasion, le président russe a tenu à féliciter Mme Roussef « …pour la façon dont la Coupe du monde a été organisée» en ajoutant : «Nous ferons tout notre possible pour organiser l’événement au meilleur niveau». Effectivement, La Russie est en avance de 6 à 8 mois sur le calendrier normal de l’organisation d’une Coupe du monde.

Source : Gazeta.ru

Championnat paralympique du monde de Taekwondo : une britannique sur le podium

La britannique Amy Truesdale a remporté la médaille d’or lors de la cinquième édition du championnat du monde paralympique de Taekwondo à Moscou. Née avec la partie inférieure de son bras gauche manquant, la jeune sportive de 25 ans a déjà remporté trois fois une médaille d’argent. Mais cette fois, elle a bien failli ne pas sortir victorieuse : c’est en réalité une médaille d’argent qui, après plusieurs jours de délibération, s’est transformée en médaille d’or, à cause d’une erreur de classification. Cette année, la compétition n’a jamais été aussi importante, puisque pas moins de 29 pays participants. Récemment, la World Taekwondo Federation a exprimé son intention de faire partie des Jeux paralympiques de Tokyo qui se tiendront en 2020. La réponse sera donnée le 23 octobre prochain.

Source : Chesterchronicle.co.uk

Coupe du monde : les chaussures des footballeurs font-elles la propagande de l’homosexualité ?

Le prêtre russe Alexandre Shumsky s’est récemment insurgé face aux couleurs vives et parfois féminines des baskets des footballeurs de la Coupe du monde au Brésil. Selon lui, les couleurs vert, jaune, rose et bleu, rappellent clairement le drapeau de la gay pride. Il affirme : « Quitte à porter des chaussures roses ou bleues, [les joueurs] pourrait tout aussi bien porter des culottes de femmes ou un soutien-gorge ». « L’idéologie libérale de la mondialisation veut clairement s’opposer christianisme à travers le football. Je suis sûr de cela. » ajoute-t-il. Plus loin, il se félicite de l’échec de la Russie : « Je suis heureux que les joueurs russes aient échoué car, par la grâce de Dieu, ils ne participent plus à cette abomination homosexuelle ».

La Russie, sous la responsabilité de l’ancien sélectionneur de l’Angleterre Fabio Capello, a terminé troisième dans le Groupe H après un match nul avec la Corée du Sud et l’Algérie et une défaite face à la Belgique.

Source : The Guardian

Canoë biplace 500m: les Russes champions d’Europe

Alexey Korovashkov et Ivan Shtyl ont battu dimanche 13 juillet les roumains avec une distance d’une  minute et 41,067 secondes. La seconde place est revenue aux roumains et la troisième aux polonais, dans cette épreuve de canoë biplace 500m au championnat d’Europe de course en ligne à Brandebourg, en Allemagne.

Concernant l’épreuve féminine, les Russes Natalia Marasanova et Olesia Romasenko ont décroché le bronze (+5,113), arrivant derrière les Hongroises (2 minutes 5,875 secondes) et les Biélorusses (+0,209).

Source : Rianovosti

Revue de presse : les nouvelles technologies, internet et la Russie

Par défaut

uber_saint_pet

Uber s’installe à Saint-Pétersbourg

Le 2 juillet, le service de VTC « Uber » a ajouté Saint-Pétersbourg à la longue liste des villes dans lesquelles il est présent. Désormais, sur leur site et grâce à leur application, il est possible de consulter les tarifs de déplacement dans la deuxième plus grande ville de Russie. 14 roubles la minutes, 7,50 roubles le kilomètre, soit environ dix fois moins cher qu’à Paris et légèrement moins cher qu’à Moscou. Depuis 2009, Uber est présent dans 39 pays et 115 villes et notamment à Washington, New York, Rio, Istanbul, Amsterdam, Shangai, Sydney… Apparu sur le marché russe à la fin 2013, Uber propose cependant des trajets jusqu’à trois fois et demi plus cher que les taxis russes. Pour un trajet du centre ville de Moscou jusqu’à l’aéroport Domodedovo, la société de service propose un trajet à 3500 roubles (75€) tandis qu’un taxi lambda le propose à 1000 roubles (21,5€). Poura-t-elle vraiment s’installer de manière pérenne à Saint-Pétersbourg, et à Moscou ? La qualité de la prestation saura-t-elle vraiment faire la différence ? Le temps nous le dira !

Source : Lookatme.ru

Viber ouvre ses bureaux en Russie

Le co-fondateur et directeur technique de l’appli de discution vidéo en ligne Viber,  Igor Magazinnik, a annoncé dans une interview au journal russe Vedomosti, qu‘un bureau serait ouvert en Russie très prochainement. Acutellement, plus de 20 millions de Russes possèdent l’application sur leur smartphone. La présence physique dans le pays devrait sans aucun doute renforcer la présence de la société, qui a déjà prévu la traduction de l’interface, et un contenu unique totalement adapté. Concurrent de Skype et Hangouts, Viber utilise une technologie propriétaire, mais propose une intégration plus poussée avec le téléphone comme la récupération automatique de la liste des contacts  et l’imitation du style d’origine de la fonction téléphone. Tout comme Skype, il propose la visioconférence, d’envoyer des messages textes et utilise le numéro de téléphone comme identifiant unique comme WhatsApp. Cela peut poser un problème de confidentialité sur les données récupérées. La société ayant développé le site, Viber Media Inc, a été rachetée par le groupe japonais Rakuten en février 2014.

Source : Hopes & Fears

Yandex et sa nouvelle appli inter-banques

Transférer son argent d’un compte à un autre de manière quasi-simultanée, c’est la promesse que fait Yandex, le célèbre moteur de recherche russe, dans sa toute nouvelle application. Ce service est déjà disponible sur le site officiel, mais surtout grâce à des applications Andoid et iOs. L’utilisateur n’aura plus à s’embarrasser d’identifiants bancaires puisque les données seront pré-enregistrées pour plus de rapidité et de facilité. Seul le montant à transférer sera à préciser. Pour les plus méfiants, puisque l’enregistrement des données n’est pas obligatoire, il est possible d’entrer à chaque transaction les données bancaires en scannant les numéros de carte bleue grâce à l’appareil photo du smartphone. Ainsi, le programme reconnaît automatiquement les données et remplit les champs obligatoires à votre place.Chaque transaction est protégée par le système de 3D secure, qui assure à priori à l’utilisateur d’être à l’abri d’un hacker. Que demande le peuple !

Source : The village

Ebay ouvre son site aux vendeurs russes

Jusqu’à présent, tout citoyen lambda pouvait acheter des produits étrangers via la plateforme d’enchère eBay traduite en russe (ebayrussia.ru). Désormais, les vendeurs professionnels russes pourront également proposer leurs biens sur le site américain. Implanté en Russie depuis 2010 et dirigé par Vladimir Dolgov, eBay réalise depuis quatre ans un travail de longue haleine vers cet objectif. Traduction de l’interface du site Paypal, contrôles répétés de la Banque Centrale Russe, logistique complexe à travers tout le pays : la tâche n’a pas été simple. Mais grâce notamment à la collaboration de La Poste russe, eBay peut désormais se venter de pouvoir livrer dans l’ensemble du pays. Dans le cadre de son implantation dans le pays, eBay a également ouvert plusieurs entrepôts en Lettonie afin de mieux desservir la Russie ainsi que les pays de la CEI.

Source : Interfax Gazeta

Data : ce qui se passe en Russie doit rester en Russie

Les députés de la Douma ont récemment adopté une loi exigeant que les sociétés Internet stockent les données personnelles des citoyens russes à l’intérieur du pays. Le Kremlin affirme que le mouvement est pour la protection des données, mais les critiques craignent qu’elle vise à museler les réseaux sociaux comme Twitter et Facebook. En effet, certains analystes craignent que la Russie ne cherche à créer une version fermée et censurée d’Internet au sein de ses frontières. Le députés, eux, se défendent : « la plupart des russes ne veulent pas que leurs données quittent la Russie pour les États-Unis, où elles peuvent être piratées et remises à des criminels » explique Vadim Dengin. Le nouveau projet de loi doit encore être approuvé par la chambre haute et le président Poutine avant de devenir effective, ce qui n’aura pas lieu avant 2016.

Source : BBC.ru