Poutine : quelle politique familiale pour 2014 ?

Par défaut

Lundi 17 février, Vladimir Poutine s’est rendu à Tcherepovets où s’est tenue une réunion du présidium du Conseil d’État dont l’ordre du jour était « famille, maternité, et enfance ». À cette occasion, il a annoncé que la création de conditions favorables pour l’emploi des parents serait la priorité absolue.

russian_family

« Notre principal objectif est d’augmenter les revenus des familles ayant des enfants. Or, il est directement lié à l’évolution de l’économie, l’ouverture de nouvelles installations de production et à la création d’emplois de qualité. C’est notre priorité à long terme. »

« Améliorer le niveau de vie et le prestige social des familles »

Vladimir Poutine a également exprimé sa volonté de mettre en place un nouveau concept de politique familiale : « Jusqu’à présent, nous avons surtout mis l’accent sur l’aide aux individus se trouvant dans une situation difficile et ayant besoin d’une protection sociale. Évidemment, il faut continuer dans cette direction et c’est ce que nous allons faire. Aujourd’hui, cependant, il faut porter une attention toute particulière aux familles ordinaires », a insisté V. Poutine.

Même s’il précise que pour lui, chaque parent doit assumer la charge de sa famille, il annonce que le gouvernement doit « contribuer à améliorer le niveau de vie et le prestige social des familles ». Pour ce faire notamment, les critères d’accès aux aides sociales destinées aux personnes démunies doivent être considérablement élargis.

Faciliter l’insertion des enfants dans les établissements périscolaires

La question des crèches était un des sujets clés de cette réunion, avec comme consigne celle de réduire rapidement les listes d’attente. En prenant l’ensemble de la Russie au 1er janvier de cette année, près d’un demi-millions* d’enfants de 3 à 7 ans sont inscrits sur liste d’attente pour un établissement périscolaire. Dix-sept régions connaissent des difficultés particulières à placer des enfants dans ces établissements : le Président demande aux chefs de ces régions d’y prêter une attention particulière.

« Nous faisons tout le nécessaire pour que les mères de ces enfants bénéficient d’une formation complémentaire, ou se voient augmenter leurs compétences professionnelles, afin de profiter pleinement de notre programme de promotion de l’emploi. Mais toutes ces mesures n’ont aucun sens si l’enfant n’a pas l’accès à une crèche. », a-t-il expliqué.

L’on constate que les années Poutine ont été marquées par une augmentation considérable des dépenses de l’État en matière d’aides sociales.

aides_sociales_russieToutefois, ces chiffres sont à relativiser : à titre de comparaison, pour l’année 2010, l’Union européenne a consacré 29,4% de son produit intérieur brut (PIB) à la protection sociale, la France 33,8% et la Russie 12,7%.

*425 000 enfants

Source article : Itar-Tass, Sipa

Source infographie : V. V. Kijikina, « Les évolutions du système de protection sociale en Russie (étude comparative avec les pays européens) », Bulletin de l’économie de l’Université de Tomsk.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s