Les pires titres de la presse française sur Sotchi

Par défaut

Ces derniers temps, il semblerait que la presse française –  et, plus largement, la presse européenne – s’évertue à effectuer un véritable « Russian bashing » ou « Sotchi bashing » comme on peut le lire sur les réseaux sociaux. En effet, si cet événement mondial que constituent les JO de Sotchi, en Russie, pourraient être l’occasion de découvrir le pays, sa culture, ses traditions, son peuple, il apparaît que les journalistes et autres analystes spécialisés soient incapable de sortir de leur carcan idéologique préconçu visant à sans cesse dénigrer le pays en dénonçant excès, corruption, torture, non-respect des droits de l’homme, etc. Évidemment, ces sujets doivent être abordés et tout excès doit être dénoncé. Cela devrait toutefois se faire à une seule condition : que ça ne soit pas le seul prisme à travers lequel l’on évoque un pays.

Voici quelques titres de presse relevés au cours de ces dernières semaines, et commentés.

camp_retranche_poutine

Le Monde, dimanche 2 février 2014

Cet article, de Marie Jégo, correspondante du Monde à Moscou, faisait la Une du journal le 6 février dernier. Avec un champ lexical guerrier, la journaliste nous enferme dans un lieu oppressant avec des « policiers et maîtres-chiens patrouillant en ville, fouilles dans les gares et sur les routes, circulation automobile limitée, drones et hélicoptères de surveillance déployés en permanence dans le ciel » dans ce « camp retranché » « envahi par 100 000 militaires, policiers et agents du renseignement venus des quatre coins de la Fédération. ».

Bref, une ville qui, comme toutes celles qui ont pu accueillir les JO depuis disons, 1972, se protège des actions de terrorismes et autres attaques dont elle est la proie idéale.

Rien de vraiment surprenant et pas de quoi en faire une Une, surtout lorsqu’on n’a jusqu’à présent parlé « que de ça »

vlad_poutine_ne_merite_paspodium

Le Monde, samedi 8 février 2014

 On commence avec quelques compliments (« Les Russes sont hospitaliers »), des superlatifs (« la chaîne du Caucase est belle, très belle ») et tout un tas de choses agréables sur Sotchi, la Russie, les Russes. Mais l’on comprend très vite le ton ironique de ces louanges inespérées, qui ne durent en réalité que le temps d’un court paragraphe pour être interrompus par un : « On passera rapidement sur le prix à payer pour cet étalage d’ego national que sont devenus les Jeux… ». Pas si « rapidement », puisque l’article entier est consacré à démontrer, une énième fois, comment ces Jeux ont coûté « bien trop cher ».

torture_russie_sotchi

Le Huffington Post (France), vendredi 7 février 2014

Ce titre utilise (avec talent) un jeu de mot qui impliquerait que « l’autre réalité » de Sotchi (comme si l’on nous  avait montré la première) soit celle de la torture. Autrement dit, dénoncer quelque chose qui évidemment existe, mais que l’on s’attèle avec tout le zèle du monde à dénoncer à longueur de journée, et cela toute l’année. Rappelons que les JO constituent un évènement sportif avant tout. Dès qu’ils seront finis, ne vous inquiétez-pas, vous pourrez continuer de vous acharner de la manière la plus malsaine possible sur ce pays, mais en attendant, une pause, non ? Un peu de détente ?

poutine_tsa

Le nouvel observateur, vendredi 7 février 2014

Celui-ci nous offre une « revue de presse russophobe » grâce à un recueil d’extraits des articles les plus russophobes du moment, ayant pour point commun de taxer Vladimir Poutine de « Tsar ». Pour étayer ces propos, l’on trouve moult formules imagées évoquant un « régime à la main de fer et au populisme doré sur tranche » ou encore des « Caprices de tsar »… Déprimant.

homophobie

Le nouvel observateur, jeudi 6 février 2014

Oui, une loi punissant la propagande homosexuelle AUPRÈS DES MINEURS (car c’est cette deuxième partie de l’intitulé que l’on omet trop souvent) a été votée l’an dernier. Oui, c’est difficile d’être homosexuel en Russie.

Non, il n’y a pas d' »hystérie homophobe » en Russie et non, il n’y a pas plus d’homophobes à Sotchi qu’à Moscou ou où que ce soit ailleurs.

Ce genre d’articles montre à quel point nous sommes dans un cercle vicieux consistant à servir aux gens les « informations » conformes à leurs préjugés afin de les conforter dans l’ignorance et l’intolérance.

couacs_joy_sotchi

Le Progrès (Lyon), samedi 8 février 2014

 Le journaliste Will Leitch l’espérait : une fois les épreuves des JO commencées, le Russian Bashing devrait prendre fin. Eh bien non, l’on s’attarde toujours à chercher la petite bête et critiquer le moindre dysfonctionnement. Pourtant, même les plus russophobes sont sortis de leur aveuglement pour admettre que la cérémonie était splendide. Quand s’arrêtera-t-on ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s