L’empire médiatique de Gazprom prend encore de l’ampleur

Par défaut

La holding Gazprom-Media vient d’annoncer, mardi 26 novembre, le rachat de Profmedia à l’homme d’affaires Vladimir Potanine. Dans un communiqué commun, Gazprom et Interros, l’autorité d’investissement de Profmedia, annoncent que l’accord devrait être finalisé au début de l’année 2014, une fois que les autorités de régulation auront donné leur feu vert.

Gazprom média et Profmédia

Gazprom-Media et Profmedia

Il était de notoriété publique que l’homme d’affaire Vadimir Potanine cherchait depuis longtemps à se séparer de l’actif du groupe de médias, mais les experts ne s’attendaient pas à la vente de Profmedia dans son ensemble.

« Gazprom média est clairement amené à devenir un centre de contrôle unique de l’industrie des médias de Russie » s’insurge Evgueni Kouzine, rédacteur en chef du magazine Médiaprofi.

L’élargissement de cet « empire médiatique » préoccupe par ailleurs certains actionnaires de Gazprom, qui lui reprochent de s’éloigner de son domaine de prédilection, le monopole public des exportations de gaz naturel.

En 2012, les recettes « Profmedia » ont augmenté de plus de 17 % par rapport à l’année précédente et s’élèvent à près de 20,2 milliards de roubles. Les recettes de « Gazprom-Media », au cours de la même période, s’élèvent à 52,3 milliards de roubles.

L’achèvement de la transaction est prévu pour le début de l’année prochaine, quand ils ont reçu l’approbation réglementaire. Les termes financiers de la transaction n’ont pas été divulgués.

Infographie : à qui appartiennent les médias en Russie ?

Infographie : à qui appartiennent les médias en Russie ?

En bleu : Gazprom média, en orange : Profmedia (infographie bientôt disponible en français)

Gazprom média est la plus grande holding de médias russe, fondée en 2000 en tant que filiale de Gazprom. En 2000, elle a acquis NTV, la seule télévision indépendante à l’échelle nationale en Russie de l’époque, ainsi que d’autres actifs du groupe Media Most de Vladimir Goussinski, ce qui soulève à l’époque une controverse majeure et entraîne des changements considérables dans leur politique éditoriale. En 2005, Gazprom-Media achète Izvestia, un journal national de premier plan, et détient 66% de la célèbre radio « Echo de Moscou », pourtant longtemps décrite comme le « dernier bastion de la presse indépendante en Russie »

Son directeur est l’homme d’affaire russe Mikhail Lissine.

NTV a depuis perdu sa réputation d’indépendance, en diffusant notamment une série de documentaires à charge à l’encontre d’opposants à Vladimir Poutine au cours de la campagne électorale 2011-2012.

● « Profmedia » est l’un des principaux titres des médias privés du pays. Il comprend les chaînes de télévision TV3 ,  » 2×2  » et « Friday », la station de radio « Autoradio », de l’énergie, « Radio Romantika » et « Humour FM », ainsi que la société de production « Central Partnership » .

Son directeur est le mécène et ancien vice-premier ministre russe, Vladimir Potanine.

Ayant fait son énorme fortune dans les années 1990 après la chute de l’URSS, Potanine fait partie de ce l’on appelle en Russie les « oligarques » et des gens les plus riches du monde.

#Ligouchka

Publicités

3 réflexions sur “L’empire médiatique de Gazprom prend encore de l’ampleur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s