L’entrée de la Russie à l’OMC : l’affaire est dans le sac ?

Par défaut

« Nous sommes conscients que cela va mettre certaines personnes dans des conditions très difficiles. Mais si nous voulons être forts, il va falloir relever ce défi » Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en France

L’économie mondiale est un univers chaotique que les États ont essayé d’organiser avec des règles, chacun essayant d’en tirer avantage. C’est ainsi que se développent des organisations internationales, gouvernementales ou non, accompagnées d’infrastructures spécifiques permettant d’organiser les relations économiques des Etats entre eux. Ceci étant fait avec le plus de justice possible, dans cette vaste jungle qu’est la vie économique mondiale, faite de flux, d’investissements, d’exportations et de régionalisme et ainsi de suite.

Les négociations du cycle d’Uruguay (1986-1994), dont est issue l’OMC (Organisation Mondiale du Commerce), sont marquées par la volonté des Etats de réduire les obstacles qu’ils ont rencontrés en pratiquant le commerce à l’échelle internationale. En effet, cette organisation contribue – à travers plusieurs mesures de différentes natures – à accélérer la libéralisation au niveau mondial, tout en imposant des règles de nature à ce que chaque Etats puisse y gagner. Être un pays membre de l’OMC implique donc de bénéficier de la quasi-suppression des taxes sur les produits importés. Or, ce système de taxe avantage les pays avec une économie développée qui exporte des produits à forte valeur ajoutée (principalement des produits manufacturés), ce qui n’est pas le cas des matières premières. Concernant les garanties qu’elle offre, il est possible de les résumer de cette manière : l’OMC veille à ce que « les individus, les entreprises et les gouvernements sachent quelles règles commerciales sont appliquées dans le monde et aient l’assurance qu’elles ne seront pas modifiées brusquement. Autrement dit, les règles doivent être “transparentes” et prévisibles. » (site officiel de l’OMC)

Les accords de l’OMC, qui constituent sa principale base, ont été négociés et ratifiés par la majeure partie des puissances économiques mondiales. Le 23 Juillet 2008, l’OMC compte 153 Membres dont l’intégralité des « ABRIC » (Afrique, Brésil, Russie, Inde et Chine), à savoir les 5 plus grandes économiques de marché émergentes (considérées comme telles en 2001 par Jim O’Neil) du début des années 2000.

Il manquait simplement une puissance non négligeable : la Fédération de Russie. La Russie, qui négocie son entrée à l’OMC depuis 1993, est effectivement la dernière grande puissance économique du monde à ne pas être intégrée au système commercial multilatéral. Fin octobre, la Géorgie, qui bloquait l’adhésion russe à l’Organisation, a finalement accepté un compromis dans ses négociations avec la Russie. Après 18 ans de négociations, le 10 Novembre, Moscou a donc finalement rejoint le «club» des 153 Etats qui commercent entre eux sur des principes communs. La rencontre entre Obama et Dmitri Medvedev en juin 2010 avait marqué l’apogée de la volonté politique d’adhésion de la Russie à l’OMC. Celle-ci était également largement soutenue par l’Allemagne.

La nouvelle sera officialisée sous peu, puisque l’entrée de la Russie devra être ratifiée par le Conseil général de l’OMC à la mi-décembre. La Russie sera néanmoins membre à part entière au milieu de l’été 2012, après ratification de tous les accords avec l’organisation, sachant que l’achèvement des procédures de ratification se date à 220 jours à compter de la date d’adoption du rapport.

Elle devra désormais respecter les règles du jeu, ce qui constitue, de manière générale, pour les économistes américains et européens, un énorme avantage pour cette nation géante. Il s’agit ici de souligner les avantages dont la Russie bénéficiera dès son entrée à l’Organisation Mondiale du Commerce. Cette nouvelle toute fraîche offre en effet certains changements pour la Russie ainsi que pour ses nouveaux partenaires, du point de vue de leurs relations commerciales. Tout d’abord, la Russie gagne le statut de la « Nation la plus favorisée », ce qui se traduit par un  accès sans discrimination des produits russes aux marchés étrangers. En effet, l’OMC, tout comme le GATT, fonctionnent sur le principe de réciprocité : ce qui est accordé à l’un le sera forcément à l’autre. Nombre de conséquences bénéfiques découlent de cette décision, dont, entre autres, la favorisation des investissements étrangers en Russie, la croissance du PIB, et un élan considérable pour la modernisation de son économie. L’entrée à l’OMC ouvre aussi les portes à la Russie pour l’entrée dans l’OCDE, qui exige d’être membre de cette première organisation. Medvedev pourra également jouir de l’utilisation des organes de l’OMC, notamment celui qui permet de régler les litiges – grâce à l’organe des règlements des différends) qui a fait ses preuves lors du « boycott » de la Chine par les Etats-Unis en Octobre dernier en ce qui concerne l’importation des pneumatiques.

L’évaluation en termes numériques des changements engendrés par l’entrée de la Fédération Russe à l’OMC se distingue largement selon les sources : La Banque Mondiale considère une hausse de  2-3% de PIB Russe pendant la période de transition, suivie d’une majoration de 2 pour cent à partir de 2014. Renaissance Capital (Leader mondial dans la recherche indépendante) considère plutôt 1% par rapport aux attentes lors de 5-10 ans, sans évoquer de période de transition.
Les critiques russes parlent, eux, d’un recul du PIB (en raison de la croissance des importations) – et ne fournissent aucuns chiffres.

En Russie, les citoyens, journalistes et certains politiques ont beaucoup de mal à comprendre l’intérêt de cette insertion, et ce qu’elle saura apporter de prometteur pour l’avenir économique de leur pays. Malgré le manque d’avantages flagrants à court terme, et à la lumière des inconvénients, Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en France explique que c’est un prix à payer pour l’intégration de la Russie dans l’économie mondiale.

Célia Mascré

#Ligouchka

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s