Bienvenue à la ferme aux élans !

Par défaut

Nous sommes dans la région de Kostroma, en Russie. On l’appelle « ferme aux élans de Soumarokovo ». Elle a été fondée en 1963 pour protéger, étudier les élans, les aider à survivre. Les propriétaires n’ont aucunes subventions de l’État et ne vivent que sur les visites touristiques et la vente du lait d’élan. Lors de la visite et malgré le froid, je griffonne frénétiquement les commentaires du propriétaire.

Dans la réserve, les élans peuvent vivre plus de 20 ans, ce qui est bien plus que dans la nature. A la ferme, les hommes aident les élans à trouver de la nourriture. Les touristes peuvent caresser les élans, leur donner à manger du pain ou des carottes. Ils sont en totale liberté, ils viennent cependant pour se nourrir, les femelles s’y reposent quand elles ont mis bas, etc. Ils portent des colliers qui permettent de les situer géographiquement, mais ceux-ci ne couvrent qu’une surface de 20km. Quand ils vont au-delà, on n’est pas sûr qu’ils reviennent, soit parce qu’ils choisissent de revenir à la vie sauvage, soit parce qu’ils se font tuer par les chasseurs.

Au printemps, les femelles viennent à la ferme pour faire naître les petits. Les petits élans naissent en avril ou en mai. Il pèsent 16 kilo. Les femelles reviennent pour donner du lait. On donne du lait aux petits. A 2 mois, les petits élans se promènent dans la forêt. Les spécialistes les accompagnent, leur donnent à manger.

Qu’en est-il du lait ?

 Le lait est stocké pendant de longues périodes, c’est pourquoi il est congelé. Le processus s’effectue à des températures d’azote liquide, sans aucune perte des propriétés thérapeutiques. Il a énormément de propriétés telles qu’améliorer les processus de réparation (immunité), a un effet anti-inflammatoire et désensibilisation, renforce la flore intestinale, etc.

Le lait est vendu à plusieurs hôpitaux, le principal client restant le sanatorium de Soussanine, qui soigne ses malades de manière totalement naturelle. Il a de multiples vertus, notamment de soigner les ulcères à l’estomac. L’effet thérapeutique est dû, avant tout, à la présence forte de protéines « lizotsimnoy », à savoir : 40 à 65 mg par ml. La présence d’acides aminés essentiels tels que la thréonine, la méthionine, l’histidrine, et interchangeables – sérine, acide aspartique, alanine … – double ou triple par rapport au lait de vache. Vous souhaitez en acheter ? Allez-y, c’est 200 dollars le litre !

Comment ce lait est-il récolté ?

La manière dont le lait est récupéré mérite d’être expliquée. En effet, traire un élan, c’est hors du commun, et ce n’est pas si simple que de traire une vache ! Pour ce faire, une personne doit prendre l’odeur des bébés pour que la mère accepte de se faire retirer son lait. (Les élans sont quasiment aveugles, mais ils ont l’odorat et l’ouïe très développés) C’est ainsi qu’elle s’étale du placenta sur le corps … Miam !

 

Célia Mascré

#Ligouchka

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s